L’avenir du commerce de détail amène la mode, le Web3 et le NFT au commerce immersif

On a beaucoup écrit sur le « mélange » du physique et du numérique sous les auspices du « commerce unifié ». En même temps, nous sommes inondés de tout ce qui concerne le métaverse, également connu sous le nom de Web3. Sont-ils contradictoires ? nouvellement entreprise rapide L’article sur l’avenir de la mode chez Web3 commence à combler quelques lacunes.

Si Web1 concerne la “lecture” et Web2 concerne la “lecture et l’écriture”, alors Web3 signifie “lire, écrire et posséder”, dit-il. Fondateur de Farfetch et le PDG Jose Neves. Neves dit que la mode est une entreprise profondément humaine et une partie essentielle de nous-mêmes en tant qu’individus. La mode nous permet d’appliquer différents «masques» en fonction de ce que nous ressentons, de qui nous voulons être ou de ce que nous voulons représenter un jour donné. “Nous pensons toujours que la technologie améliore l’interaction humaine entre les conservateurs, les créateurs et les niveaux de la mode, plutôt que de remplacer cette connexion humaine.”

Neves poursuit : “Pour moi, la définition de Fashion Web3 consiste à appliquer les principes de contrôle de l’utilisateur, de propriété de l’utilisateur et d’architecture décentralisée aux cas d’utilisation de la mode.” La technologie permet l’innovation, même si elle se traduit par le fait que votre avatar devient un “jumeau numérique” en portant exactement la même tenue, ce qui augmente la fidélité à la marque dans le métaverse. J’espère que c’est beaucoup plus.

Un Betta MetaMall

Cet article m’a ramené à Entretien d’avril Je l’ai fait avec deux agents de changement métavers, Michel Zakour Et le Alan Smithsonqui collaborent à une mission plus puissante, connue simplement sous le nom de Le centre commercial. Décrit comme un “métamall” de 100 étages et 100 millions de pieds carrés dans le cyberespace. L’équipe a partagé sa conviction que “le commerce de détail peut être à l’origine d’une grande partie de ce que nous appelons le métaverse”.

Alan et Michael pensent en outre que leurs premiers adaptateurs ne porteront pas d’écouteurs, un portefeuille crypto avec des “types de frères”, mais plutôt un marché grand public de femmes de 20 à 45 ans portant un iPhone. Ils travaillent avec des maisons de mode pour vendre des produits dans le centre commercial, ainsi qu’avec des agences de création internes pour différentes marques ou facilitent les processus de “construction” avec métaverseque Smithson a fondée avec sa femme Julie. Leur résultat secret réside dans le fait que, contrairement à d’autres outils similaires, leur moteur peut être déployé sur plusieurs systèmes d’exploitation, navigateurs et appareils avec peu ou pas de code. En fait, tout le monde peut être créatif.

“TheMall est une combinaison de commerce électronique et d’expérience pure. Les marques considèrent cela comme du marketing, de l’image de marque et du jeu expérientiel.” Michel Zakour dit : “Les marques peuvent tout faire, qu’il s’agisse d’expérience pure, de NFT ou d’une combinaison de commerce et d’expertise, et cela devient un espace pour elles de le faire quoi qu’il arrive.” Michel est l’un des Repenser le commerce de détail Top 100 des personnes influentes dans le commerce de détail et je crois fermement (comme moi) que l’avenir du commerce de détail”commerce immersifUn mélange homogène d’Internet et de magasins, le cœur du commerce unifié. On n’utilise pas le terme “omnicanal” en présence de Michael, cela le fait grincer des dents.

Entrez “Tokenomics”

Si vous visitez TheMall et souhaitez effectuer une transaction, vous devrez naturellement le faire avec une crypto-monnaie. Bien que les actifs cryptographiques aient captivé le monde entier avec de nombreuses promesses d’opportunités économiques, ils manquent de tangibilité. Le dollar américain peut être vu et touché, mais ce n’est pas le cas des crypto-monnaies. Or, les crypto-monnaies sont reconnues comme des actifs échangeables, et sont à la base des « tokens », la combinaison des « tokens » et de « l’économie ».

Jetons non fongibles (NFT) Ils ne partagent pas la même valeur et sont donc uniques. Les NFT ont été à la mode ces derniers temps et ont suscité beaucoup d’intérêt pour la tokenomics, en particulier avec les enchères NFT de haut niveau. La tokenisation d’actifs tels que l’immobilier, les œuvres d’art, les photos et les objets de collection avec NFT a déclenché une nouvelle vague de propriété numérique, tout en montrant le potentiel du jeton.

Est-ce de l’art ?

L’art a été à l’avant-garde du changement culturel pendant des milliers d’années. Il n’est donc pas surprenant que les artistes et NFT aient développé une relation symbiotique et rentable à l’époque. De nombreux talents relativement inconnus ont fait irruption dans l’art du NFT, et maintenant certains des artistes et illustrateurs les plus respectés s’étendent au-delà des médias traditionnels vers l’art numérique et les symboles NFT.

j’ai eu récemment un entretien Sean Névé Co-fondateur de jodha, que Forbes a appelé la “marque Whisperer”. GODA se décrit comme “une ressource organisée de confiance pour les principaux artistes contemporains qui cherchent à explorer le numérique comme un nouveau média”. Neff est un entrepreneur en série qui a été le fondateur, l’investisseur et le conseiller de certaines des plus grandes marques mondiales. Ceux-ci incluent Neff, Sunbum, Moon et Groupe de maisons de plageBut de Robinhood
TGT
et Sony, Sandbox, Outlier Ventures, et plus encore.

GODA dirige également certains des plus grands noms de la consommation, de l’art, de la musique, de la NFT et de la mode. des noms comme Pharrell WilliamsEt le Nina Chanel Abney, Kramer leur souhaite. De nombreux artistes de GODA se sont construit une suite et une solide réputation dans le monde de l’art “analogique” avant d’entrer dans le monde de l’art numérique et du NFT. En tant que partenaires de confiance, GODA assure à ses artistes des projections fluides et percutantes qui respectent la valeur de leur art.

Prendre position sur la marque

Comme Sean l’a mentionné au début de mon interview, le monde de l’art NFT est un nouvel espace fou. Il s’est construit une solide clientèle parce que les barrières à l’entrée étaient très faibles et, contrairement à Analog Art, il n’y a pas d’intermédiaires ni de gardiens. En conséquence, de nombreux artistes, illustrateurs et graphistes se sont jetés dans la piscine, en particulier au cours de la dernière année.

Outre la faible barrière à l’entrée, les « jetons » derrière les transactions sont très attractifs. Les artistes qui frappent les originaux conservent en fait la propriété de l’œuvre d’art originale, même lorsqu’elle est frappée dans un nombre limité de NFT qui “vivent” dans le métaverse Web3.

Du côté de la vente de l’équation, il faut bien plus que de la créativité technique et «inventer» le NFT, sans parler de la création d’une valeur durable pour l’entreprise. Selon Shaun Neff, quatre-vingt-dix-neuf pour cent de ceux qui y placent leur travail ne touchent le radar de personne, sans parler des “baleines” ou des grands collectionneurs d’art qui dominent le monde de la collection d’art numérique.

Dans le véritable esprit d’un homme de marque chevronné, Sean note qu’en plus du talent créatif, les artistes doivent s’engager dans une mission stratégique et hautement calculée conçue pour créer le buzz. C’est là qu’intervient le travail de GODA.

Fête sur Todd

Todd James est un artiste de renommée mondiale qui a commencé sa carrière artistique à l’adolescence à New York en ajoutant ses dessins uniques au système de métro au début des années 1980. le 30 aoûtLe dixième À partir de cette année, Todd a créé un nouvel ensemble de 1 533 images NFT avec l’aide de GODA. Les détenteurs du Mint Pass ont payé 0,333 ETH (527 $) le 1er septembreRue Et il avait 24 heures. Une fenêtre pour participer au tirage de préachat pour tenter sa chance à sa nouvelle collection. Plus de 20 000 se sont inscrits pour le nombre limité de NFT qui sont devenus disponibles. “ART PARTY” Todd James a été dévoilé le 6 septembreLe dixième 9h00 PT / 12h00 heure centrale.

À 15h00 CST ce jour-là, 804 propriétaires avaient acheté 546 lots. Le «prix le plus bas» était de 0,46 ETH (~ 724,00 $) pour les articles n ° 545 et n ° 280 à 666 ETH (~ 1 047 904 $). La grande majorité à ce moment-là courait au milieu du chiffre unique (7 000 $ – 10 000 $).

En tant qu’humble collectionneur d’art contemporain, j’apprécie l’esthétique ironique, souvent politique et pop/street art de Todd James. Et je ne peux pas m’empêcher de penser à des artistes du milieu du siècle comme Robert Indiana, Andy Warhol ou Claes Oldenburg en comparaison. À leur époque, ce fut un énorme événement lorsque ces icônes du pop art ont publié une nouvelle édition imprimée de dizaines de photos. Chaque image était probablement fournie par quelques centaines d’estampes signées, qui étaient essentiellement identiques. En comparaison, chacune des plus de 1 500 photos de Todd James est unique et possède sa propre “empreinte digitale”. Warhol serait vraiment impressionné.

Pension d’artiste

L’autre grand avantage de l’artiste est que lorsque le NFT est négocié sur le marché secondaire, il obtient une part de cela et de toute vente ultérieure. Et parce que toutes les transactions se produisent dans le métaverse, il ne devrait jamais y avoir de doute sur l’authenticité ou la provenance de l’image. Parlez de la retraite.

Une autre artiste de GODA qui a récemment fait la transition vers le monde NFT est l’artiste afro-américaine contemporaine Nina Chanel Abney. Sa toute première collection NFT “Super Cool World” sur la plate-forme GODA NFT se compose de 5080 NFT composés de centaines de thèmes conçus par Nina qui reflètent son “style indiscipliné dans les médias visuels”. La frappe des pièces a commencé le 14 juilletLe dixième Pour ceux qui ont remporté le tirage au sort de la liste autorisée, 60 000 entrées étaient publiques. Les détenteurs de Mint Pass ont la possibilité d’acheter.

Nina se soucie davantage de garder ses fans dans la famille. Donc, pour récompenser la fidélité et réduire les transactions sur le marché secondaire, il l’a fait aperçu Les propriétaires ont accès à “des produits Nina exclusifs, des lancements de produits collaboratifs, des parachutages, des événements, une participation stimulante à des expositions et des dessins de tombola surprise”.

La mer a changé, ou attendre, et voir ?

Qu’est-ce que tout cela signifie pour la « communauté artistique établie », sans parler du remplissage des espaces au-dessus de nos cheminées ? Eh bien, selon Shaun Neff, nous pouvons nous attendre à ce que les futurs collectionneurs de NFT achètent des écrans grossissants numériques pour décorer les murs de nos maisons avec des NFT en constante évolution. Nul doute qu’il sera contrôlé par nos téléphones ou nos maisons intelligentes. Et bien sûr, Todd James et Nina Abney NFT seront fièrement affichés sur les murs de nos manoirs métavers pour que nos avatars puissent en profiter.

#Lavenir #commerce #détail #amène #mode #Web3 #NFT #commerce #immersif

Leave a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *